naturopathie

Le gluten

Le gluten est une protéine présente dans certaines céréales dont le blé, l’orge, l’épeautre, le seigle, le kamut et le triticale. L’industrialisation a entraîné l’augmentation du taux de gluten dans les céréales en contenant pour que la pâte puisse mieux gonfler et surtout résister aux machines. Ainsi, le gluten confère une forte élasticité aux céréales, concrètement, on peut l’imaginer sous la forme d’un chewing-gum, très peu digeste. Pourtant, l’être humain ne consomme du gluten que depuis environ 10 000 ans, et cela a commencé au Moyen-Orient. La culture s’est répandue par la suite au niveau de l’Afrique du nord et de l’Europe. Ces 30 dernières années, la prévalence de maladie coeliaque aux États-Unis s’est multipliée par 5, un chiffre qui double tous les 15 ans.

Seulement 20% des cas sont diagnostiqués intolérants en France, cependant, la plupart du temps l’intolérance passe inaperçue et se découvre vraiment aléatoirement, voire tardivement. Une personne peut par exemple connaître de grands troubles digestifs pendant des années sans savoir que la cause de ses maux est le gluten. Il y a plusieurs niveaux de sensibilité. Les coeliaques et les intolérants. La maladie coeliaque est systémique. Elle touche les individus prédisposés génétiquement à réagir par une inflammation intestinale chronique au gluten, entraînant une malabsorption, des carences, une maigreur, un retard de croissance. 670 000 personnes seraient ainsi atteintes en France d’intolérance, soit 1% de la population. Concernant les coeliaques, le chiffre est plus bas oscillant entre 0,5 et 0,1% de la population totale française, mais encore faut-il qu’ils soient diagnostiqués.

Pour établir une comparaison avec un pays autre que la France, prenons l’Argentine : plus de 400 000 personnes étaient diagnostiquées atteintes de la maladie coeliaque en 2014, soit 1% de la population totale serait ainsi coeliaque. Chez les enfants, 1 enfant sur 79 (soit 1,26%) l’aurait et les femmes seraient plus touchées que les hommes. 5 à 15% des argentins présenteraient une prévalence à la contracter tandis que 10% ont une intolérance au gluten, des taux qui sont bien plus élevés qu’en France.

Le seul traitement connu à ce jour est l’éviction du gluten dans l’alimentation du sujet. Avant d’y recourir, il faut s’assurer que la personne présente effectivement une hypersensibilité à cette protéine. Pour ce, une prise de sang peut-être réalisée pour rechercher le taux d’IgA (anti-transglutaminase) dans le sang. Une confirmation par biopsie intestinale peut également avoir lieu. Néanmoins, le test sanguin a ses limites. En effet, si le sujet arrête le gluten quelques semaines avant d’effectuer la prise de sang, le taux d’IgA diminuera. La guérison de la paroi intestinale peut prendre 6 à 24 mois, en veillant bien entendu à l’éviction du gluten. Les symptômes eux, peuvent disparaître en quelques semaines jusqu’à 3 ou 6 mois.

Une intolérance et une maladie coeliaque peut entraîner les symptômes suivants :

  • Acné
  • Aménorrhée
  • Anémie (malabsorption du fer)
  • Aphtes
  • Changements d’humeur
  • Crampes musculaires
  • Dermatite herpétiforme
  • Diarrhée chronique
  • Douleurs abdominales, gaz, ballonnements
  • Douleurs aux articulations
  • État dépressif
  • Fatigue
  • Hipocalcémie
  • Nausée
  • Ostéoporose
  • Perte de poids
  • Retard de croissance
  • Vomissements

Des cas d’autisme chez les enfants ont été résolus grâce à une suppression totale du gluten dans l’alimentation, il en va de même pour des sujets atteints de dépression. Comme l’a démontré le Dr David Perlmutter, neurologue américain de notoriété internationale, le gluten a un effet inflammatoire sérieux sur l’intestin. Or, notre intestin est relié au cerveau par le nerf vague. L’inflammation touche ainsi ce nerf, provoquant des pathologies telles que celles nommées, et en lien très étroit avec Parkinson et Alzheimer. Je vous encourage à visionner ma vidéo Youtube sur ce sujet.

Par quoi remplacer les farines contenant du gluten ?

  • Sarrasin
  • Sorgho
  • Maïs
  • Quinoa
  • Pois chiche
  • Riz blanc, semi ou complet
  • Châtaigne
  • Avoine (OK pour 95% des malades mais risque de contamination)
  • Coco
  • Poudres d’amande ou de noisette
  • Lentilles

L’engouement pour le régime sans gluten est positif pour les personnes souffrant de véritables problèmes physiologiques dues à cette protéine. En effet, si l’on parle d’une simple mode, cela a un impact nettement appréciable en ce que la demande en produits certifiés sans gluten augmente. Et, puisqu’il y a de plus en plus de cas coeliaques ou intolérants, cela permet de trouver des produits exempts de gluten plus facilement qu’auparavant. Lorsque j’ai dû arrêter le gluten, il y a désormais 5 ans, à moins d’aller en magasin bio, je ne pouvais rien trouver en supermarché. Dorénavant, chaque chaîne de magasin lambda a son rayon sans gluten, ce qui facilite grandement le quotidien de milliers de personnes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s